PHOTO DU JOUR #43

PHOTO DU JOUR #43

Le chanteur sud-coréen PSY à l’Esplanade du Trocadero, Paris © Jérôme Hubert

La Tour Eiffel que je n’avais jamais vu pointe le bout de son nez entre deux toits. On sait à quoi s’attendre mais quand même, le symbole fascine.

Là-dessous, ça grouille, ça flashe, ça met en scène. Quatre entrées et des milliers de personnes prêtes à se faire engloutir dans la structure d’acier.

Au loin, d’autres milliers de personnes amassées sur le Trocadero. Enfin, si je lis bien le plan.
Une manifestation politique ? Un match de foot ? Un concert ?
Il y a un gourou qui rend les gens fou mais d’où on est, on ne comprend pas. Alors, forcément curieux, on s’approche.

Plus on approche, plus ça grouille. Et plus on approche, plus les fourmis deviennent jeunes.
Une armée d’ado en délire. Trop swag. Courant à gauche, courant à droite, cherchant une place sur le muret pour mieux voir.

La possibilité d’une manifestation politique rétrécit comme peau de chagrin.
A moins que le gouvernement vienne d’interdire le port de la casquette ?

J’imaginais une éventuelle re-formation des Beatles mais je crois de plus en plus à un concert de One Direction, dont les coiffures ne sont pas si différentes.

Le gourou hurle encore et ses paroles s’éclaircissent. On connait sa voix.

Là, on a beau avoir du recul et rire de voir ces ados hystériques, on se demande quand même ce qu’il se passe. Et puis, nous aussi, on aimerait trouver une place sur ce putain de muret tant convoité.

Une information filtre.
Merde.
Le gourou, c’est Cauet.
Cela n’augure rien de bon car on sait que le niveau intellectuel sera inversement proportionnel à la grandeur de la Tour Eiffel.

On passe notre chemin et remontons vers l’esplanade du Trocadero.

Là haut, une autre information vient d’un gars de la sécurité qui, sous ses airs blasés, semble être aussi fou fou que la gamine à côté. Il fait barrage et dit à des touristes « it’s a flashmob, you know ? Everybody dance… » D’où le nombre impressionnant de personnes réunies.

Sur l’esplanade du Trocadero, il y a des mariés qui posent et il y a une touriste qui, jouant de la perspective, prend la Tour Eiffel sur sa main. Puis il y a une manifestation, politique cette fois-ci. Des kurdes militent en faveur de prisonniers politiques faisant la grève de la faim en Turquie. Ils dansent, font signer la pétition, tentent d’alpaguer les passants. Des drapeaux flottent, ils sont à l’effigie d’Abdullah Ocalan, le chef rebelle kurde.

Passer en vingt minutes de l’émerveillement de la Tour Eiffel à la bête voix de Cauet puis à une manifestation kurde (dont je ne connais pas trop le fond du problème), ça fait beaucoup d’informations pour le cerveau.

Comme si ce n’était pas assez, il a fallu que trois grosses bagnoles noires aux vitres teintées arrivent officiellement.
Des gorilles sortent et des caméras tournent. Ok, on comprend vite que c’est l’invité de Cauet.

L’homme tiré à quatre épingles est tout sourire. Son nom, je ne le connais pas, mais je sais que c’est ce sud-coréen qui danse bizarrement en disant un truc comme gan gan style.Plus tard, j’apprends qu’il s’appelle PSY et que le titre exacte de sa chanson c’est gangnam style.

C’est pour moi le plus grand désastre de la société de l’hyper-médiatisation : on se fout d’une personne, on pourrait l’ignorer mais ce n’est pas possible. Les médias et « journalistes » s’y donnent à cœur joie et bourrent le crane des gentils téléspectateurs. On ne juge pas de l’intérêt d’une info, on balance car il FAUT la balancer. Il serait trop risqué de s’écarter de ce que le spectateur attend.
Si tu ne vas pas sur Internet, Internet viendra à toi, t’en fais pas.

Du coup, ça me fait chier : je déteste ça mais je fais quand même l’honneur à ce sud-coréen tout sourire de connaître son visage, sa danse et sa chanson.

J’essaye de faire une photo pour illustrer la scène mais le gorille a ses yeux qui tournent au rouge. Il pousse les gens et les manifestants comme des merdes. Place au PSY.

La société produit des contrastes parfois trop violents.

Il y a des personnes qui font la grève de la faim et des manifestants qui essayent de sensibiliser.
Puis il y a un gars qui fait une chanson (dont les paroles sont peut-être très bonnes?) et qui réunit 20.000 personnes (selon la police ou le syndicat?)

Pourrait-on équilibrer un peu ?

Depuis leurs prisons, les grévistes de la faim devraient peut-être créer une chaine Youtube et inventer une danse rigolote ?

By | 2014-01-07T21:33:52+00:00 novembre 15th, 2012|Photo du jour|2 Comments

About the Author:

2 Comments

  1. Anne 15 novembre 2012 at 12 h 48 min - Reply

    Très belle analyse,Jérôme et quelle plume! Bravo!

  2. Jérôme Hubert 15 novembre 2012 at 12 h 51 min - Reply

    Merci ! Beaucoup !

Leave A Comment