PHOTO DU JOUR #68

Mon frère Thomas, 1984 © Jérôme Hubert

On a jamais vraiment fini quand on commence à fouiller dans son passé.

Je me le répète à chaque fois que je pense à mon travail personnel et à ce désir d’explorer l’histoire de ma famille.

J’ai commencé par chercher des traces émotionnelles de ma naissance en Tunisie. J’y suis allé et j’ai réalisé le travail « L’allée du retour ».

Mais ce n’est qu’un début.

La production d’images, la sélection, la rédaction d’un livre, l’écoute de ses sentiments. Ces processus peuvent se répéter à l’infini. Une infinité de doutes, en fait.

Récemment, je me suis assis sur le lit de la chambre de devant. J’ai sorti les quelques albums photo qui attendaient dans l’armoire.

Tourner les pages d’un album, il faut le faire seul. Enfin, vous faites comme vous voulez, mais personnellement, j’ai un peu du mal quand on le fait à plusieurs. Les « je peux tourner ? » ou « attends, j’ai pas bien vu », ça m’emmerde. Regarder des images, ça se fait à son rythme. Mort au diaporama de vacances !

Les albums de famille ont un charme bien particulier. Je ne suis pas un fervent défenseur du « c’était mieux avant » mais quand même, un dossier c://user/michel/photo/suisse2012, ça a moins de charme que les feuillets opaques qu’on manipule soigneusement pour ne pas les plier.

J’ai décollé quelques photos en prenant soin de les numéroter pour les remettre à leurs places.

Il y avait celle de mon grand frère roulant dans l’herbe. J’aime la vie qui s’en dégage et j’aime encore plus le pull en éponge bleu ciel comme on en fait plus.

Puis, maman m’a remis les lettres qu’elle écrivait à l’époque. Les enveloppes bordées de rayures rouges et bleues sont estampillées Kélibia.

Ces photos de Tunisie et ces lettres adressées à mes grands-parents, je vais peut-être les intégrer à mon livre L’allée du retour

…On a jamais vraiment fini quand on commence à fouiller dans son passé.

By | 2014-02-01T11:24:24+00:00 février 28th, 2013|Photo du jour|0 Comments

About the Author: