PHOTO DU JOUR #76

Recherche de la pureté dans la Forêt de Soignes © Jérôme Hubert

Ce jour là, une lubie créatrice m’a guidé dans la Forêt de Soignes, à la sortie de Bruxelles. La veille, je prenais le train pour Rixensart qui traverse la Forêt et découvrais avec enchantement une canopée enneigée. C’était la révélation. « Mais oui ! Ça y est ! Je vais faire ça dans la Forêt de Soignes ».

Je devais trouver un lieu qui réponde au thème de la « pureté ». C’était pour un concours photo que je voulais faire. Je n’avais aucune idée car la pureté, ça ne m’inspire pas beaucoup. Par contre, le Leica M à la clé m’inspirait beaucoup lui. Alors, j’ai trifouillé mon cerveau en quête de pureté. Mais c’est quoi bordel la pureté. Jamais un concours photo ne m’a jamais autant occupé l’esprit. Si bien que j’en parlais à Nella avant de m’endormir. Oh, le tue-l’amour. « Mais, pour toi…c’est quoi la pureté ? Tu crois que cette idée serait bien ? Oh je sais pas, je vais peut-être pas le faire. J’ai pas tellement le temps…dors bien mon amour… ».

Puis les arbres et la neige m’ont parlé. LA FORÊT ! Les écureuils ! L’air pur de la nature ! Jack London ! Lire un poème de Thoreau nu sur une branche ! C’est là qu’est la pureté. (hum)

Du moins, en théorie. Traduire cela sur une photo, c’est autre chose. Un de mes profs de photo disait qu’il y a des choses qu’on ne peut pas, qu’on ne sait pas, prendre en photo. Là, en tout cas, il fallait vachement s’appliquer et je suis de nature pas très appliqué. Préparer des shooting, être patient, tout ça, c’est pas pour moi.

Alors, j’ai enfilé une paire de bottes, un training sous mon pantalon, des chaussettes au-dessus d’autres chaussettes, préparé un thermos de thé et loué une Cambio pour partir à l’aventure.

J’avais pas l’air con.

Sur le parking, des promeneurs s’apprêtaient aussi à s’enfoncer dans la forêt blanche. Il ne neigeait plus depuis la veille et j’avais peur que les photos ne donnent pas très bien (ce qui n’était déjà pas très optimiste).

J’ai quitté le chemin pour trouver un espace vierge suivant les empreintes de biches. Je me sentais David Crockett, le chapeau en moins. Je me souvenais de ce livre de Sylvain Tesson, Dans les Forêts de Sibérie, dans lequel l’auteur s’exile en ermite. Puis, je crois que le ronronnement de la E411 m’a extirpé de ma rêverie, me rappelant que je n’étais là que pour une heure et que mes bottes n’étaient pas tellement hermétiques.

Mon idée, c’était de faire une image très épurée de nature avec une présence très légère de l’homme, éventuellement nu (moi).

J’ai d’abord essayé avec une jambe sortie d’un tronc. C’était déjà fort froid. La neige était revenue, plus convaincue que jamais. J’ai installé le pied dont le métal était gelé, fait le cadrage avec mes doigts semi-morts, mis le retardateur, enlevé ma botte puis je me suis positionné. C’était beaucoup trop froid.

Il va de soi que je n’avais pas prévu d’essuie. Je me croyais capable de pouvoir revenir à cloche pied, enlever la neige de mes orteils et ré-enfiler ma botte. Non non non. Rien ne fonctionnait comme je voulais. Je suis tombé et, en plus, l’idée de la photo était vraiment à chier.

Je suis reparti, laissant une forêt vierge qui se portait mieux sans mes conneries.

J’ai quand même vu trois biches galoper au loin mais ce moment magique était intraduisible en fichier numérique.

Mon pied droit était presque gelé et ça me faisait fort mal. Dire qu’un moment, je pensais mettre tout le corps. J’ose à peine le dire, mais il est vrai, j’ai pissé sur ma botte en caoutchouc pour réchauffer le pied, la voiture était trop loin et je n’avais plus de thé.

Sur la route du retour, j’ai pris la photo d’une voiture rouge remorquée. C’était la meilleur photo de la journée.

By | 2013-05-13T15:32:42+00:00 mai 13th, 2013|Photo du jour|2 Comments

About the Author:

2 Comments

  1. nadia 13 mai 2013 at 19 h 24 min - Reply

    Decidement jerome,….les photos + les histoires….Je suis archi fan! 🙂

    • Jérôme Hubert 13 mai 2013 at 20 h 02 min - Reply

      Héhé, merci Nadia !!

Leave A Comment