Au bois des confinés

Mars, avril, mai…2020.
Coronavirus, confinement, etc…

Un retour à soi pour tous. Un changement d’habitudes que chacun gère à sa manière.
A trois dans un petit appartement Bruxellois, la brève sortie quotidienne est vitale. Même si, j’en suis conscient, il y a bien pire. Bien plus triste. Bien plus tragique.

Juste à côté, un bois. Le bois des chiens. Aujourd’hui, ce sont eux qui viennent promener leurs maitres et maîtresses pour une bouffée d’oxygène. La lumière de fin de journée est belle et filtrée par les grands hêtres.

Allez, Jeanne, on rentre. 

On a le loisir et la chance de s’amuser un peu, de faire de la photographie. De passer le temps.